Je dirais même plus, certaines vérités sont des contre-vérités servant à voir le monde d'une façon imagée et même poétique, mais totalement inexactes, c'est intolérable, enfin, si, dans certains cas, cela peut l'être, mais… …je m'égare déjà…

Commençons donc (enfin) par la dernière qui date de ce jour d'hui du chocolat, l'accordage de la “basse percussive” était incomplet…

Pour tout dire, j'avais oublié l'équivalent de la cymbale constante hors cloche, oubli maintenant corrigé, quoi que, le seul moyen que j'ai trouvé empêche de faire celle-ci en même temps que l'équivalent de la grosse caisse.

Il me semble que, classiquement, dans le jazz, cela n'a rien de grave, mais cette limitation du champ des possibles est ennuyeuse et il est possible qu'un manque d'inventivité en la matière m'ait empêché de voir une possibilité de contourner ce problème, si d'aventure une telle possibilité existait et qu'elle me vienne à l'esprit, cet accordage changerait encore.

Notez que le nom de cette cymbale vient du jazz (premier style de musique à utiliser ce type de cymbale) et de son utilisation de celle-ci (et non, comme pourrait le faire penser ma traduction française forcée si on y ajoutait un travestissement étymologique, une éventuelle origine manufacturière constantinopolitaine).

Poursuivons par le commencement de l'article sus-lié: depuis, j'ai bien reçu les cordes indiquées, mais elles sont encore dans leur emballage, car je dois encore effectuer un essai avec les cordes actuellement sur la guitare que je dois utiliser et que je dois faire des aménagements pour cela (aménagements que je tarde bien trop à faire…).

Par ailleurs, j'hésitais à enregistrer tel quel les paroles de la chanson évoquée alors (pour les raisons alors succinctement évoquées), mais la question ne se pose plus puisque, depuis, j'ai (un tout petit peu) modifié les paroles (mais cela change beaucoup le sens de ce qui me posait problème, ainsi, j'ai pris mes distances, dans les paroles avec ce point commun alors indiqué tout en gardant tout de même son évocation).

Concernant l'instrumentation, les problèmes ont (en partie) changé, mais il y en a toujours:

  • La réparation d'un des instruments a mal démarré, quelqu'un qui m'est cher m'a conseillé un luthier et c'est au point mort du fait de ce dernier, il semble donc que je devrais trouver quelqu'un d'autre, mais,
  • je devrais bientôt recevoir un instrument pouvant remplacer celui à réparer (dès lors, j'hésite à effectuer la réparation moi-même et si je rate mon coup étant peu doué en menuiserie, art que j'ai pourtant étudié scolairement et donc moins encore en lutherie, je pourrais toujours le revendre pour pièce voire à passer directement à une telle revente) et
  • concernant l'autre instrument, j'ai fait l'investissement nécessaire pour pouvoir m'entrainer en douceur, mais l'élément perdu est encore à racheter et, depuis, j'ai pensé qu'un autre élément manquant serait le bienvenu quoi qu'il puisse être remplacé par une alternative non-conventionnelle, mais avec bien moins de confort.

J'ajoute que l'apparence de ce site (ainsi que de neuris.name et cætera) a été mis à jour en vitesse ce 30 décembre non pour aborder l'année qui vient avec de nouvelles couleurs, mais parce que c'est comme ça, non mais, comme si on devait tout expliquer, philosopher, c'est déjà bien, après, comprenne qui peut! C'est plus noiraud comme ça non?

Et, non, cette couleur n'a rien de chocolat (dont le jour est passé à l'hui de cette mise à jour), d'ailleurs, allez trouver une couleur chocolat en “rouge-vert-bleu” à nombres hexadécimaux à deux chiffres potable pour voir si c'est facile… …enfin, de toute façon, ça n'a jamais été l'intention. Et je dis tout ça vite fait, surtout, parce que, là, j'ai vraiment autre chose à faire…

Et terminons sans lien puisqu'icelui est déjà là depuis le commencement (si l'on excepte le chapeau et une phrase d'introduction). Chapeau bas! …mais, je suis tête nue, ah, c'est normal, je suis seul et chez moi, bref, je vous salue bien bas (mais sans chapeau).