Si vraiment vous voulez savoir, hier, j'ai trouvé que le printemps était suffisamment bien installé que pour faire ma coupe annuelle (qui pourrait ne plus être si annuelle que cela pour tout dire), j'ai pris la tondeuse, je l'ai passée, c'est maintenant du passé.

Ce matin, j'ai envisagé de ressusciter mon projet nommé: “Chester Fields”, mais pour l'heure, je travaille sur plusieurs compositions de différents projets.

L'une de ces compositions devrait idéalement sortir assez vite puisque c'est un hommage à une personne récemment décédée, un non-nom (sic) important dans la musique électronique.

Après tergiversation sur quel projet accueillerait cet hommage, ce serait vraisemblablement un projet que je nommerai en temps voulu (un de mes sites en préparation…) et dont la musique est plutôt de la vague froide. À priori, cela sortirait virtuellement dans un premier temps.

Une autre composition en cours concerne la quarantaine (ce qui se voit à la couleur de mes cheveux 😉), il faudrait aussi que je la sorte relativement vite (avant que la “guerre” ne soit finie).

Concernant le nom du projet (de groupe) pour lequel je compose cette chanson, il en est de même que pour le précédent projet non nommé pour les mêmes raisons et sa musique est du “Doom Metal” comme on dit dans la langue culturellement impériale.

Une autre composition pourrait l'accompagner dans un simple (tout dépend de la vitesse de composition), en tout cas, cela devrait sortir sous forme de disque compacte enregistrable.

Il se trouve que j'ai trouvé aujourd'hui, tout à fait par hasard, la photographie de la pochette de ce simple. Il s'agit d'une photographie de et par Michel Veriter.

Bref, que des effets d'annonce, comme pour le mini-album de So Far a Way dont cela fait 15 ans qu'il est en attente et 12 ans à 13 ans qu'un problème de disque dure rend le fait de finir cet enregistrement des plus improbable.

Une bourde de communication de plus? Seul l'avenir nous le dira! Mais il fallait bien inaugurer d'un article la forme choisie pour le site Lèyon d' âs Neûris′ (en tant que nom de scène puisqu'il a été aussi le nom d'un projet musical depuis renommé…).